(Re)créer l’héritage : la photographie au service de l’archéologie en Chine (années 1890-1910)

Numéro d'inventaire : AP8204. Photographie numérique d'après un négatif au gélatino-bromure d'argent sur pellicule. 18 x 24. Paris, musée Guimet, archives photographiques.

Charles Nouette. [Chine. Province du Gansu], vue de Touen-Houang [Dunhuang, vue de la vallée, prise de la grotte 16]. 1908.

Présentation de Marine Cabos intitulée (Re)créer l’héritage : la photographie au service de l’archéologie en Chine (années 1890-1910) dans le cadre du séminaire de Caroline Bodolec et de Jacqueline Nivard «Images fixes et animées pour l’histoire et l’anthropologie de l’Asie Orientale. En quoi le numérique a-t-il bouleversé nos pratiques ?»

Marine Cabos est en train de terminer une thèse (Seeing through landscape: French photographic archives of China (1840s-1930s)) à la School of Oriental and African Studies.

Elle est l’auteur du très beau site Photography of China présentant le travail de photographes actifs en Chine depuis le dix-neuvième siècle jusqu’à nos jours. Il met à disposition une chronologie et diverses ressources liées à la photographie en Chine.

Résumé de l’intervention

La photographie créée dans le cadre de missions archéologiques est la grande oubliée de l’histoire de l’art. Pourtant elle marque une phase capitale dans le genre du paysage photographique en Chine entre la fin du dix-neuvième et le début du vingtième siècle. De nouveaux sujets et une autre grammaire visuelle apparaissent à mesure que de nouveaux territoires s’ouvrent, et que les progrès technologiques et scientifiques progressent. Ce séminaire propose d’étudier la photographie de paysage réalisée dans le cadre de recherches archéologiques en Chine entre les années 1890 et 1910. Il se concentre sur les archives photographiques françaises, notamment sur les clichés de l’oasis de Dunhuang prises par Charles Nouette durant la mission Paul Pelliot dans le Turkestan chinois (1906-1909). Comment les archives de Dunhuang se positionnent-elles dans la transformation du genre de la photographie de paysage en Chine ? Dans quelle mesure ces archives ont-elles interagi avec les cultures locales et internationales ? Cette présentation propose une approche thématique afin de mettre en lumière les relations entre les discours archéologiques et visuels, ainsi que les enjeux méthodologiques pour l’étude de l’histoire de la photographie en Chine aujourd’hui.

Document préparé par Marine Cabos à lire avant le séminaire

Date

1er mars 2016

Lieu

EHESS, 190-198 avenue de France, 11h – 13h : salle 638

 


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *