Beijing Silvermine. Une histoire de l’argentique populaire chinois

Présentation de Thomas Sauvin,  intitulé «Beijing Silvermine. Une histoire de l’argentique populaire chinois»  dans le cadre du séminaire de Caroline Bodolec et de Jacqueline Nivard «Images fixes et animées pour l’histoire et l’anthropologie de l’Asie Orientale. En quoi le numérique a-t-il bouleversé nos pratiques ?».

Thomas Sauvin est collectionneur. Il a vécu une dizaine d’années en Chine et depuis Mai 2009, il  récupère des centaines de milliers de négatifs destinés à la destruction, dans une zone industrielle située au nord de Pékin où se trouve une entreprise de recyclage de nitrate d’argent, d’où le nom de la collection Beijing Silvermine.

Ce fonds porte sur la Chine des années 1985-2005, il montre les Chinois dans leur vie quotidienne chinoise et surtout lorsqu’ils se prennent en photos, c’est à dire dans leurs loisirs, de la fin de la révolution culturelle à l’avènement du numérique.

Une partie de la collection est en ligne sur Instagram, elles revivent aussi via de nombreuses animations proposées par Thomas Sauvin.

Date

Mardi 5 avril de 11h à 13h

Lieu

EHESS, salle 638, 190 avenue de France, 75013 Paris. Métro Quai de la gare.

-2

 

 

Présentation vidéo de la collection sur Vimeo

Beijing Silvermine – Thomas Sauvin from Emiland Guillerme on Vimeo.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

1 réponse

  1. 03/07/2016

    […] Avec le  projet Beijing Silvermine de  Thomas Sauvin. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *