La photographie de rue 街頭攝影

« I’m not a reporter, so I don’t make conversations with my subjects, I just walk on quietly without disturbing the scene »1.

Photographe amateur taïwanais quadragénaire, Lin Kuan-hsien 林官賢 pratique la photographie de rue (jietou sheying 街頭攝影). En 2013, il expose certains de ses tirages dans le café Roast (Luosite kafei 洛斯特咖啡), de la municipalité de Kaohsiung 高雄市, à Taïwan.

当相机已成为我生活的一部分,身体的一个零件。将眼前无可避免的影像拍下,这或许是我活着唯一的证据。
Faire de l’appareil photographique une partie de ma vie, un membre de mon corps, photographier ce que voient inévitablement les yeux, c’est peut-être la seule preuve de mon existence2.

Vidéo « On the road » (Zai lushang 在路上), réalisée par Lin Kuan-hsien, postée sur Youtube en 2015.

Dans quelle mesure la démarche de Lin Kuan-hsien dépasse le genre de la photographie de rue pour tendre vers une ethnographie de la quotidienneté des non-lieux tels que la route, la gare, le centre commercial ou encore le passage piéton ?

« La rue est une sorte de média » (jiedao shi yi zhong meijie 街道是一种媒介)

Lin Kuan-hsien met en scène des séries photographiques par l’intermédiaire de films de courte durée, qui débutent généralement par quelques lignes écrites introduisant le thème abordé. Certaines vidéos alternent rushs et photographies. La nature des séries est diversifiée ; Kuan-hsien traite aussi bien du non-lieu de la route avec sa série intitulée On the road (Zai lushang 在路上), que de la destruction du pont Zhongxiao 忠孝桥 à Taipei, ou encore de Chiayi 嘉義, la ville natale de son père. Dans ces vidéos, les photographies sont mises en scène sur un fond musical.

Depuis les années 2010, Lin Kuan-hsien s’inspire du photographe urbain professionnel japonais Daido Moriyama 森山大道, lequel a réalisé de nombreux tirages noir et blanc, au contraste marqué et au gros grain ; il utilise également le flou photographique. Ces caractéristiques techniques inhérentes aux œuvres de Moriyama sont présentes dans les photographies de Lin Kuan-hsien. Pour ce dernier, la ville est une entité opaque, complexe (nuanmei 暖昧) : « I often shoot when I go shopping or travel along with my wife and my family, although I also admit that while shooting alone I can be more sensitive to the scene and will easily to able feel the “ambiguous” [nuanmei 暖昧] of the street or the city »3. Les quelques 3 000 photographies réalisées par Lin Kuan-hsien permettent de dégager des thématiques récurrentes parmi lesquelles les mannequins placés dans ou aux abords des vitrines de magasins, la traversée des passages piétons, les lieux désertiques et les espaces densément peuplés ainsi que les mendiants.

Interroger la photographie de rue de Lin Kuan-hsien

Si l’Oxford Art Online définit la photographie de rue comme un « [g]enre of photography that can be understood as the product of an artistic interaction between a photographer and an urban public space »4, a contrario, Lin Kuan-hsien affirme « I don’t like to link “art” and “photography” together »5. En distinguant art et photographie, ce dernier sous-tend que la photographie de rue ne s’inscrit pas nécessairement dans une dimension artistique. D’après l’Oxford Art Online, la photographie de rue est un genre distinct de la photographie documentaire « in that the photographer is not necessarily motivated by the evidentiary value or socio-political function of the resulting photographs »6. De même, elle se différencie du photojournalisme puisque « a street photographer’s images are not intended to illustrate a news story or other narrative. Instead, their primary goal is expressive and communicates a subjective impression of the experience of everyday life in a city »7. Pourtant, de par son travail, Lin Kuan-hsien documente des événements tant quotidiens que ponctuels, tel un ethnographe en contexte urbain, à la recherche d’une objectivation de son sujet d’étude par l’intermédiaire de l’appareil photographique.

If I say my work doesn’t contain any emotion, that’ll be a posturing answer, but I usually try to keep my emotion out of it, except some certain scene where emotions are unavoidable8.

Vidéo « Jie chu » 街 觸 [Sentir la rue], réalisée par Lin Kuan-hsien, postée sur Youtube en 2013.
  1. « Interview with Kuan-Hsien Lin, Taipei, Taiwan », 2013, Street View Photography, [consulté le 10/06/2016]. Disponible sur < http://www.streetviewphotography.net/i-kuan-lin-taiwan-street-photography/ >. []
  2. Lin Kuan-hsien, « Lin Guanxian sheying ge zhan – wu xiang zhi cheng » 林官賢攝影個展-無相之城 [Exposition des photographies de Lin Kuan-hsien -La ville informe], 2013, Youtube, [consulté le 10/06/2016]. Disponible sur <https://www.youtube.com/watch?v=fFck6p7uJlA>. []
  3. « Interview with Kuan-Hsien Lin, Taipei, Taiwan », 2013, Street View Photography, [consulté le 10/06/2016]. Disponible sur < http://www.streetviewphotography.net/i-kuan-lin-taiwan-street-photography/ >. []
  4. « Street photography », Oxford Art Online, [consulté le 10/06/2016). Disponible sur <http://www.oxfordartonline.com/public/page/GAO_free_Street_photography>. []
  5. « Interview with Kuan-Hsien Lin, Taipei, Taiwan », 2013, Street View Photography, [consulté le 10/06/2016]. Disponible sur < http://www.streetviewphotography.net/i-kuan-lin-taiwan-street-photography/ >. []
  6. « Street photography », Oxford Art Online, [consulté le 10/06/2016). Disponible sur <http://www.oxfordartonline.com/public/page/GAO_free_Street_photography>. []
  7. Ibid. []
  8. « Interview with Kuan-Hsien Lin, Taipei, Taiwan », 2013, Street View Photography, [consulté le 10/06/2016]. Disponible sur < http://www.streetviewphotography.net/i-kuan-lin-taiwan-street-photography/ >. []

Fiorella Bourgeois

Doctorante en sociologie à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), rattachée à l'UMR 8173 Chine Corée Japon, au Centre d'Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *