Les voies de l’art 艺术之路

Capture d’écran 2016-06-14 à 13.06.14

« Je voulais voir si les artistes arrivaient à combiner leurs expériences ainsi qu’à dépasser les frontières des langues et des cultures, afin de trouver une voie propre à leur parcours.» Cui Baozhong

Dans la continuité de l’exposition ERTNE aux galeries Aera en 2014, rassemblant des artistes chinois résidant en France sous la question de la transculturalité, Cui Baozhong, commissaire d’exposition et président de l’association VIA1, a réalisé un documentaire de 40 minutes sur neuf jeunes artistes chinois à Paris qui ont choisi l’art contemporain pour parler de l’entre-deux culturel Chine/France. ERTNE signifie ENTRER à l’envers car « pour entrer, il faut sortir » ; pour tenter de comprendre un ailleurs, il faut s’immerger dans l’altérité, qui donne également accès aux clefs de sa propre culture2. Au cours de cette transition, parfois « tu ne sais plus où tu es, en France ou en Chine » ; celui qui s’en va, ne revient plus3. Il devient étranger partout ; sa maison s’installe en lui-même et dans les personnes qui l’entourent. La mobilité est interactive entre celui qui se déplace et celui qui est déjà là. Ils ont tout autant à apprendre réciproquement par le dialogue.

Seule la pratique artistique rassemble ces neufs interviewés, qui ont d’abord étudié l’art en Chine puis en France ; rien n’est mentionné sur leur origine sociale et culturelle. Ce documentaire traite donc de neuf expériences individuelles d’immigration sans chercher à révéler des parcours types. L’œil de la caméra suscite un réel sentiment d’empathie envers les artistes en les filmant avec une certaine intimité dans des espaces intérieurs et en les faisant parler de sujets personnels, de grandes questions et d’éléments biographiques. Les interviewés donnent l’impression de s’adresser directement aux spectateurs. Cette proximité émotionnelle peut poser souci dans une perspective scientifique mais ce documentaire ne clame pas donner des informations sur la diaspora chinoise dans une perspective anthropologique. Le risque est de tomber dans la sublimation de la rencontre entre deux cultures et de dériver vers un discours banal et politiquement correct sur la question du vivre ensemble et du transculturel. En réalité, une telle rencontre est rare car l’immersion totale reste une expérience exceptionnelle et la volonté d’être réellement déraciné, quasi-inexistante. Néanmoins, Les voies de lart fait bien la part des choses en distinguant une « spécificité chinoise » subtile dans les productions artistiques de ces immigrés et le stéréotype d’un art qui serait qualifié de « chinois » séduisant, entre autres, le public de la société d’accueil. Étudier l’art à l’étranger, peut appeler à des nouvelles interprétations et dans ce cas à un éloignement de sa propre culture et de l’apprentissage précédent pour explorer diverses voies pour ensuite parfois revenir à cette « culture chinoise » avec un autre regard. De ce cheminement, des œuvres d’art intéressantes peuvent émerger. Le documentaire démontre que l’art est une véritable porte d’entrée pour aborder divers sujets personnels comme universels.

Lire le billet en texte intégral

  1. Association qui a pour objectif de promouvoir les expositions des jeunes artistes et les événements culturels et artistiques dans le milieu de la jeunesse []
  2. « Cui Baozhong : Lart est toujours lié à la vie » <http://fr.fr-cn.fr/france/europechina/art_culture/8304.html> Source : Chine-infos, 2015 []
  3. citation transcrite à partir du documentaire Les voies de l’art []

Sorann Micollier

Etudiante en première année de Master "Arts et Langages" à l'EHESS Sujet de recherche : "Les installations d'art contemporain en Asie orientale : point de rencontre entre Occident et Orient" Directrice de mémoire : Yolaine Escande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *