Abolir les frontières en littérature jeunesse

Laurence Le Guen, « Abolir les frontières en littérature jeunesse : la tentative des img-1-small480albums photographiques des années 1950 à travers l’exemple d’Horoldamba le petit Mongol », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 20 novembre 2016. URL : http://strenae.revues.org/1670 ; DOI : 10.4000/strenae.1670

Après deux guerres mondiales et la découverte des massacres perpétués dans les camps nazis, le monde semble vouloir s’engager dans une nouvelle voie, celle d’une communion humaine et de la paix. Les arts et la culture seront les alliés de cet élan pacifiste. Pour la photographie, c’est la pleine époque de la photographie dite « humaniste », dont la tendance était déjà amorcée avant-guerre, avec des photographes comme Brassaï, Kertesz, Kollar en France. Les tenants de ce courant exaltent la nature humaine, chantent sa dignité, avec des thèmes précis, la famille, le travail, le bonheur familial, la beauté des paysages français, dans un premier temps, puis avec une dimension internationale. L’exposition « The Family of Man», présentée en 1955 au MoMA, est l’exposition phare de ces années pendant lesquelles la photographie, langage compréhensible par tous, doit montrer l’unité de img-2-small480l’homme, dans sa diversité.

C’est l’époque des grandes agences de photographes qui envoient leurs photographes-reporters aux quatre coins du monde, à une époque où on ne voyage pas encore. Le public a soif d’images et découvre le monde dans des périodiques comme VU, créé en mars 1928, l’ancêtre de Paris Match, créé en 1949, mais aussi de Réalités, créé en 1946, qui fait découvrir, grâce à Cartier-Bresson, Bischof et Boubat, l’Inde, le Japon, la Mongolie, des territoires encore mal connus du public.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *