Décès de Ren Hang

Clémentine Mercier, Le jeune artiste chinois Ren Hang s’est suicidé, Libération, 24 février 2017.

Ren Hang, né en 1987 à Changchun dans la province de Jilin, vivait à Pékin. Depuis quelques années, ses photographies étaient apparues comme des météorites, brûlant les pages des magazines et les blogs, explosant les frontières de la Chine, se disséminant dans le monde avec fougue, enflammant tout sur leur passage par leur érotisme élégant, séduisant et cru. Elles étaient reconnaissables entre mille. Ren Hang a inventé un style, celui de la jeunesse chinoise nouvelle, libre et insoumise. Prolifique, il a imposé une écriture, insolente, celle des corps espiègles, à poils, affranchis du joug de la domination morale et politique. Par leur volupté pure, ses images respirent la soif de vivre, la joie de toucher des corps amis, le plaisir de s’empiler les uns sur les autres, de tendre son postérieur à l’objectif sur un toit en pleine nuit, de se cacher sous l’herbe fraîche, de jouer avec des tulipes et des roses rouges, de croquer dans une pastèque saumon à pleines dents dans un bain.
Lire la suite

Claire Guillot, Qui était le jeune photographe chinois Ren Hang, mort à 29 ans ? Le Monde, 28/02/2017

L’artiste, auteur d’une œuvre singulière, peuplée de nus délicats et désinvoltes, a mis fin à ses jours le 24 février.

L’une des jeunes voix de la photographie chinoise vient de se taire. Ren Hang, auteur de photos de nus démantibulés et de poèmes mélancoliques, a mis fin à ses jours vendredi 24 février à l’âge de 29 ans.

A peine trentenaire, le jeune homme avait déjà fait l’objet d’une monographie chez Taschen en janvier, intitulée tout simplement Ren Hang. En Occident, son œuvre singulière, pleine de nus à la fois délicats et désinvoltes, lui avait valu une reconnaissance rapide. Il empilait les corps pour faire des dunes, entremêlait les bras et les jambes en piles ou accrochait ses modèles dans les arbres comme des pantins ou au sommet de gratte-ciels. Cheveux au vent, sexes apparents et corps tout blancs, se doublaient toujours chez lui de visages au regard impassible ou lointain. Un mélange d’érotisme, de distance et d’humour qui ne plaisait pas vraiment en Chine, où il a été censuré de nombreuses fois.

Lire la suite

Portrait de Ren Huang par Marine Cabos

Ren Hang 任航 (1987-2017) was a poet and photographer born in Nong’ An, a suburb of Changchun, capital of the northeastern province of Jilin, called the “Detroit of China” for its automotive industry. At the age of seventeen, he left his hometown to settled down in Beijing to study marketing. His college work didn’t interest him so – in order to kill boredom – he bought himself a point-and-shoot film camera and taught himself to use it.

Ren created several photographic series between 2008 and 2016, in concomitance with poems and free verses that we wrote between 2007 and 2017. He was well known for his sexually-charged and explicit photographs, in which young naked bodies interlaced with one another in uncommon settings.

Lire la suite sur Photography of China

Tom Seymour, Controversial and renowned Chinese photographer Ren Hang dies aged 29, British Journal of Photography, Published on 24 February 2017February 2017

Une biographie de l’auteur vient de paraître aux éditions Taschen.

 


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *