La collection de Paul Fonoroff

Billet d’Anne Kerlan, chercheur CNRS, Institut d’histoire du temps présent.

La lecture du billet du 27/04 de Cultures chinoises sur la collection de Paul Fonoroff a réveillé quelques beaux souvenirs.

Au cours de mes recherches sur le cinéma chinois de la période républicaine, j’ai en effet rencontré Paul qui m’a fait les honneurs de sa collection à l’été 2008. Imaginez un modeste studio dans un immeuble du quartier de Kowloon à Hong Kong aux murs couverts de rayonnages. Et, à l’étage du dessous, un autre petit appartement également meublé d’étagères et d’armoires, tous remplis de livres, magazines, revues, journaux. Paul vivait et dormait là, au milieu de sa collection. Il était heureux de la faire découvrir, chaque page de magazine tournée faisant surgir des anecdotes sur la façon dont il avait constituée cette collection ou la star figurant en photographie. Paul est un cinéphile passionné, connaissant aussi bien le cinéma américain, qui a inspiré bien des films chinois, que le cinéma chinois ou de Hong Kong. Il a aussi eu la chance de rencontrer des acteurs et des producteurs, notamment ceux qui vinrent se réfugier à Hong Kong après 1949. Lui-même est une figure connue à Hong Kong : critique de cinéma pour le South China Morning Post, il a tourné dans quelques films (dont Il était une fois en Chine) et a longtemps animé une émission de télévision. Quand nous allions déjeuner, il n’était pas rare que tel marchand ou restaurateur le reconnaisse.

Pour l’histoire du cinéma, les magazines constituent une très riche source documentaire ; dans le cas de la Chine républicaine, ces magazines sont d’autant plus précieux qu’un nombre important de films a disparu : grâce à ces publication, l’historien est en mesure d’avoir une connaissance plus détaillée, plus complexe aussi, de la production chinoise. Paul connaissait la valeur scientifique de sa collection. Certaines de ses pièces ne se trouvent même pas dans les fonds de la bibliothèque de Shanghai, pourtant l’une des plus riches pour ce type de documents. Il était inquiet, également, de sa pérennité. Le climat de Hong Kong, l’étroitesse des lieux où il vit ne rend guère aisée la conservation d’un tel trésor. On ne peut que se réjouir que cette collection ait enfin trouvé un lieu de conservation pérenne, et qu’elle puisse être mise à la disposition des chercheurs dans de bonnes conditions.

Pour attirer le regard sur cette collection de ce côté-ci du globe, nous avions organisé, Paul et moi-même, à l’automne 2011, une modeste exposition à l’Institut National d’histoire de l’art à Paris. Une quarantaine de magazines publiés entre 1921 et 1951 furent à l’honneur. Pour des raisons de coût du transport et d’assurances, c’étaient les couvertures des magazines qui étaient principalement présentées en fac-similé, mais Paul nous fit l’amitié d’apporter lui-même quelques précieux exemplaires. Le catalogue de l’exposition1 revenait sur l’histoire de sa collection et celle des magazines de cinéma chinois de la période républicaine. Quelques étudiants de l’université Paris 1 ayant eu la bonne idée de filmer l’exposition, nous en conservons quelques traces sur ce blog

http://cinemattack-cineclub.blogspot.fr/2011/11/ecrans-de-papier-les-magazines-de.html

Liens

  1. Anne Kerlan (dir.) Catalogue de l’exposition « Écrans de papier. Le cinéma chinois et ses magazines (1921-1951) », INHA du 16 novembre au 17 décembre 2011. []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *