Hakka : Les Chinois tels qu’en eux-mêmes


Vidéo réalisé par Patrice Fava en 1998 et récompensé au 18ème bilan du film ethnographique, mars 1998 : mention spéciale.

Dans l’ouest de la province du Fujian en République populaire de Chine, vivent les Hakka, qui se considèrent comme les plus authentiques représentants de la culture et des traditions chinoises. Ils sont d’ailleurs considérés comme des Chinois à part entière (et non pas comme des “minorités nationales”). Ils habitent d’immenses forteresses de terre rondes ou carrées ouvertes sur le ciel, qui sont bâties selon les canons de la géomancie chinoise. Chaque clan possède une ou plusieurs forteresses et chaque famille y occupe une portion verticale. Au rez-de-chaussée il y a les cuisines, au premier étage les greniers et en haut les chambres. Les travaux s’effectuent en commun (récolte du riz, du tabac…) et en l’absence de mécanisation, l’homme vit encore en étroite relation avec la nature, dont il tire toutes ses ressources et une grande part de son savoir, qu’il s’agisse de l’habitat, de l’agriculture, de l’hydraulique, de la fabrication du papier…
Trois rituels – familial, communautaire et clanique – qui forment l’armature du film, permettent d’appréhender la société hakka et son imaginaire. Le jour de la fête de la lune, le 15ème jour du 8ème mois, les familles se rendent sur les tombes de leurs ancêtres avec des offrandes pour honorer leur mémoire. Lors de la fête du remboursement des dettes dans l’au-delà, qui a lieu le dernier jour du 7ème mois et est essentiellement célébrée par les femmes, des coffres de papier remplis de monnaies et d’objets divers sont brûlés. A l’occasion de la grande fête trisannuelle du clan Li à Hukeng, ce sont tous les membres d’un clan qui renouvellent leur alliance avec les dieux et expriment leur cohésion. Les Li des villages alentour arrivent avec leurs dieux, leurs palanquins, leurs orchestres, leurs bannières géantes. Une scène de théâtre, un castelet de marionnettes à fils, un autel et des centaines de tables d’offrandes sont dressés sur l’aire sacrée, où officient un prêtre taoïste et plusieurs autres maîtres de cérémonie. le 3ème jour a lieu un grand sacrifice.
Nulle part autant que dans le pays hakka ne coexistent de façon aussi exemplaire les clans, les ancêtres et les dieux, qui sont les trois piliers de la civilisation chinoise.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.