Répondre à la catastrophe : le barrage des Trois Gorges et l’art contemporain chinois

Dans le cadre du colloque « Villes en ruines : images, mémoires, métamorphoses » (qui aura lieu les 18 et 19 octobre), Wu Hung, spécialiste de l’art chinois des origines jusqu’à la Révolution Culturelle et professeur à l’université de Chicago, tiendra le samedi 19 octobre à 16h à l’auditorium du Louvre une conférence sur le thème « Répondre à la catastrophe : le barrage des Trois Gorges et l’art contemporain chinois ». A la suite de cette conférence, il présentera les vidéos de l’artiste chinoise Chen Qiulin : le travail de celle-ci témoigne des transformations rapides et profondes qui bouleversent les paysages et la société du pays où elle a grandi. Avec sa caméra, Chen Qiulin a voulu capter les derniers soubresauts de zones urbaines en sursis. Sur l’écran, les habitudes de la vie quotidienne qui subsistent encore dans ces villes peu à peu abandonnées cohabitent avec la construction de cités nouvelles destinées à accueillir les migrants.

Au programme :

  • Rhapsody on Farewell
    Chine, 2002, 9 min, coul., vidéo
    Lors d’un retour dans sa région natale, Chen Qiulin a réalisé ce film qui tient autant de la pratique introspective que du témoignage objectif sur la disparition de sa vallée. L’artiste y entremêle plans documentaires et séquences fantasmées.
  • River, River
    Chine, 2005, 16 min, coul., vidéo
    Dans cette autre variation sur le même thème, Chen Qiulin suit deux adolescents et des personnages d’opéra cherchant leurs repères au milieu des décombres de la ville.
  • The Garden
    Chine, 2007, 15 min, coul., vidéo
    Dans The Garden, l’artiste mêle recherches esthétiques et volonté documentaire en filmant des vendeurs de fleurs sillonnant la ville en perdition. Dans la culture chinoise, la fleur symbolise la fragilité de la vie et la renaissance perpétuelle. Au cours des cinq années séparant Rhapsody on Farewell et The Garden, Chen Qiulin dit être passée d’une approche purement subjective à une analyse plus distanciée de la destruction de la vallée du Yangzi. Le rôle de l’artiste, selon elle, est de mettre en lumière certaines réalités sans nécessairement proposer de solutions aux problèmes qu’il soulève.

 

Cet événement est en entrée libre.

En savoir plus


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *