Le nouvel an chinois vu d’ailleurs

Comments:
  • ""Je l'avoue : d'habitude, je ne vais pas au défilé parisien du nouvel an chinois." Danielle Elisseeff s'excuse en souriant poliment de sa curieuse inexpérience. "C'est peut-être un réflexe. Mais pour moi, la Chine, ce n'est pas la Chine à Paris." Chercheuse émérite à l'EHESS sur la Chine moderne et contemporaine et professeure à l'école du Louvre, Danielle Elisseeff aime depuis toujours les pays d'Orient. Cheveux blonds clair bien accrochés sur la nuque, cette dame menue et énergique est une experte du patrimoine chinois.
Pour la première fois, dimanche 17 février, elle assistera au défilé du 13e arrondissement de Paris, sur invitation de la mairie. A 75 ans, elle a eu l'occasion d'observer quelques défilés occidentaux. Sur les Champs-Elysées, il y a quelques années, et à Montréal : "C'est très pépère, par rapport à la Chine. Même si la communauté chinoise est très importante, ce n'est pas cette masse humaine qu'on retrouve là-bas." Plus que le défilé, le cœur de la fête est, pour elle, la foule qui descend dans les rues pour "être ensemble. C'est un principe très taoïste. Dans une foule chinoise en fête, on a ce sentiment de ne former qu'un seul corps. Je peux me tromper, mais pour moi, la fête en Chine, c'est ça. On est tous ensemble et on se laisse emporter. On laisse monter en nous le flux de la vie. On boit de l'alcool, on mange, on hurle, on danse..."" - Jacqueline Nivard Tags: Danielle Elisseeff, Nouvel an chnois by: Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine