Le Nouvel An chinois à Paris. Sur les scènes de l’altérité

Article de Wang Jing intitulé «Le Nouvel An chinois à Paris. Sur les scènes de l’altérité», Gradhiva, 2013, 1 (17)

Disponible sur Cairn.

Plan de l’article

  1. Prélude : ombres et lumières au musée
  2. Des objets en mouvement
  3. La bataille des icônes
  4. La culture sur la scène politique
  5. Conclusion : instituer la culture chinoise, un processus profond

Les collections du musée du quai Branly consacrées à l’Asie contiennent des dizaines d’objets populaires, plutôt récents, venus de Chine et de la péninsule Indochinoise, qui tous évoquent les traditions du Nouvel An : papiers découpés, cartes de vœux, masque de lion, instruments à percussion… Ces mêmes objets sont présents, cette fois « animés » et chargés de sens, dans les fêtes du Nouvel An chinois – à la fois carnaval, procession religieuse et fête familiale – au cours desquelles les Asiatiques de Paris produisent et donnent en partage ce que tous leurs interlocuteurs politiques appellent leur « culture ». Malgré le caractère très public et officiel du Nouvel An, le cœur de son organisation – qui se trouve dans un temple – reste cependant méconnu de bien des acteurs costumés comme des spectateurs ordinaires. L’enquête éclaire la face invisible de ce monde et accède à son noyau polémique en suivant toujours la piste des objets sans qui la fête et le rite ne seraient pas ce qu’ils sont.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *