Rue commerçante, Canton

AP15124

Photographie AP15124, portfolio CHINE I, issue des collection du Musée National des Arts Asiatiques Guimet.

Dans cette rue commerçante cantonaise, la foule effervescente apparaît comme une émanation ectoplasmique évanescente. En effet, la technique du négatif au collodion humide ne permet pas de figer le mouvement.

Dans son mémoire intitulé “Early Photographers from 1840 to 1870: Innovation and Adaptation in the Development of Chinese Photography”, Chen Shi date cette photographie des années 1860 et l’attribue au photographe Lai Afong.1

Le tirage sur papier albuminé, issu des collections du Musée Guimet, ne comporte aucun cartouche. Toutefois, un tirage identique, accompagné d’un cartouche, est conservé dans l’album intitulé Views of China, vol. 12 du National Institute of Informatics – Digital Silk Road Project Digital Archive of Toyo Bunko Rare Books.3

Le cartouche est reproduit ci-dessous :

No. 259. – A STREET, CANTON

The streets in all native cities (except Pekin, the Northern Capital) are identical in their narrowness and gloom; wanting to the eye of a foreigner the day appearance universal in the cities of Europe, their tortuous windings, however, possess the advantage of cutting off the blazing rays of hot sunshine, and a stroll through would doubtless be enjoyable were it not for the variety of indescribable smells that rouse the olfactory nerves to antagonism with the will of an explorer.
Curio shops abound in these narrow labyrinths, but the prices asked for the wares are generally very exorbitant, and the business in consequence is not expensive.

La rue commerçante cantonaise est un thème en vogue dans les années soixante à soixante-dix. Des photographes occidentaux tels que Felice Beato ou encore John Thomson ont photographié des scènes semblables.

Treasury street, Canton GRM

Treasury Street, Canton, Felice Beato, papier albuminé ; négatif daté d’avril 1860, tirage de 1862 d’Henry Hering.4

John Thomson-China and its people vol.1

Plate XX. Physic Street, Canton, John Thomson, Album China and Its People, vol.1 , publié en 1873.5

Dans le volume 1 de China and Its People, le tirage de Thomson est accompagné de ce commentaire :

The streets of a Chinese city differ greatly from those of Europe, and are always extremely narrow, except at Nankin and Peking. They are paved crosswise with slabs of stone, usually worn down by the traffic to a hollow in the centre of the path, and this disagreeable substitute for the gutters of European throughfares forms the only means by which the rain-water is carried off.”

  1. SHI, Chen, Early Photographers from 1840 to 1870: Innovation and Adaptation in the Development of Chinese Photography, 2009, Mémoire : Master of Arts, Université de Floride, p. 32. []
  2. Cet album, annoté par le photographe G. E. Morrison, comporte plusieurs tirages identiques au portfolio Chine I du Musée Guimet. []
  3. Cf. site du National Institute of Informatics – Digital Silk Road Project Digital Archive of Toyo Bunko Rare Books [国立情報学研究所 – ディジタル・シルクロード・プロジェクト『東洋文庫所蔵』貴重書デジタルアーカイブ], [consulté le 28 mars 2015], Disponible sur < http://dsr.nii.ac.jp/toyobunko/La-159/ >. []
  4. Cf. The J. Paul Getty Museum, [consulté le 28 mars 2015]. Disponible sur < http://www.getty.edu/art/collection/objects/241416/felice-beato-henry-hering-treasury-street-canton-british-negative-april-1860-print-1862/?dz=0.5000,0.6124,0.46 >. []
  5. China and Its People compile près de 200 photographies, réparties dans quatre volumes et rassemblées par le photographe John Thomson entre 1868 et 1872, alors qu’il réside à Hong-Kong. Les volumes 1 et 2 sont publiés en 1873 tandis que les volumes 4 et 5 sont publiés en 1874. Chaque volume est accompagné d’une table des illustrations dans laquelle chaque planche est numérotée et nommée. Enfin, certaines photographies sont accompagnées d’annotations de Thomson. Pour plus d’information sur les quatre volumes de China and Its People, se référer au site du MIT. Disponible sur < http://ocw.mit.edu/ans7870/21f/21f.027/john_thomson_china_01/ct_essay01.html >. []

Fiorella B.

Doctorante en sociologie à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), rattachée à l'UMR 8173 Chine Corée Japon, au Centre d'Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.