Documentation des portfolios Chine I et Chine II, Musée Guimet

AP15089

Emboîtage du portfolio CHINE I, 42,5 x 35,3 x 3,9 cm, issu des collections photographiques du Musée National des Arts Asiatiques Guimet.

La séance du séminaire Humanités numériques du 11 décembre 2014 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), consacrée à la diffusion et à la valorisation des collections muséographiques par la photographie, m’a permis d’effectuer un stage au Musée National des Arts Asiatiques Guimet (MNAAG).
Trois intervenants ont été invités :

  • Jérôme Guesquière, responsable des archives photographiques du Musée Guimet,
  • Yolande Manzano, responsable d’édition à la Réunion des musées nationaux-Grand Palais,
  • Jean-Paul Bessières, directeur de l’agence photographique de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais.

Au cours de la présentation des collections photographiques en ligne du Musée Guimet, Jérôme Ghesquière nous a expliqué qu’il travaillait avec des étudiants stagiaires du niveau Master, spécialisés en histoire de l’art et/ou en langues orientales pour documenter une série de portfolios se rapportant aux pays d’Asie Orientale (Japon, Philippines, Birmanie, Chine, Inde, etc.).
Après entretien, Jérôme Ghesquière m’a proposé de travailler sur deux portfolios consacrés à la Chine des années 1860-1880, en collaboration avec Anne-Laure Bodin, étudiante en Master 2 à l’École du Louvre, qui a traité essentiellement des questions historiques et techniques liées à la photographie du XIXe siècle en Chine.1
J’ai été chargée de rédiger des notices pour un certain nombre de photographies. La notice devait, si possible, comporter les éléments suivants :

  • un « titre forgé » pour chacun des tirages (en identifiant le sujet de la photographie, le lieu exact et l’endroit d’où elle a été prise),
  • le nom du studio photographique et/ou du photographe,
  • une datation,
  • une description de la scène représentée sur le tirage,
  • toute information utile pour documenter la photographie et le sujet représenté (telle que des tirages similaires conservés dans d’autres albums).

J’ai débuté mes recherches à partir de l’objet photographique en tant que tel ; cette démarche m’a permis notamment de comprendre la valeur documentaire de la photographie comme objet social porteur d’une pluralité de discours synchroniques et diachroniques.

Rapport de Fiorella BOURGEOIS, “Fragments de la Chine entre 1860 et 1880 : la photographie comme support d’une pluralité de discours. La documentation des portfolios Chine I et Chine II du Musée Guimet, France” [en ligne], 2015, 7 p.


  1. Son stage au Musée Guimet avait pour objectif final la rédaction de son Mémoire, intitulé Étude de deux portfolios photographiques sur la Chine de la deuxième moitié du XIXe siècle, conservés au MNAAG : contextualisation ; identification ; perspectives de valorisation auprès de différents publics. []

Fiorella B.

Doctorante en sociologie à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), rattachée à l'UMR 8173 Chine Corée Japon, au Centre d'Études sur la Chine Moderne et Contemporaine (CECMC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.