Mylène Pardoen, archéologue des sons

La musicologue Mylène Pardoen a reconstitué l’ambiance sonore du quartier du Grand Châtelet à Paris, au XVIIIe siècle. Présenté au salon de la valorisation en sciences humaines et sociales, à la Cité des sciences et de l’industrie, son projet associe historiens et spécialistes de la 3D.

Lire  Écoutez le Paris du XVIIIe siècle, Journal du CNRS

Après une carrière militaire, Mylène Pardoen est devenue une archéologue des sons. A 30 ans, elle s’est découvert une envie folle d’apprendre, a entrepris des études et a fini par passer une thèse de doctorat en musicologie.

A 34, ans, elle décide de faire de la recherche dans le domaine du paysage sonore. C’est ce qu’elle fait depuis deux décennies maintenant.

La découverte d’un plan du 18e siècle, représentant Paris avec les bâtiments d’époque et de nombreux détails la fait rêver. Ce plan, le plan Bretez –Turgot, lui chantait aux oreilles dit-elle… En associant des graphistes et des historiens, Mylène Pardoen a façonné des paysages sonores chargés d’émotion. Elle propose une plongée vertigineuse dans le Paris de 1739 entre le Pont au Change et le Pont Notre Dame.

Plus d’information sur les travaux de Mylène Pardoen

 


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.