Shadow days de Zhao Dayong

C’est au travers d’une fiction se déroulant en Chine dans un village situé dans les montagnes, et jour après jour vidé de ses habitants, que le réalisateur Zhao Dayong, venu du documentaire, lève le voile sur des années d’endoctrinement bureaucratique et signe un film coup de poing d’une précision troublante, à mi-chemin entre la chronique rurale, le film noir politique et le conte fantastique.-1

Mais à travers le film c’est également le portrait d’une Chine rurale, livrée à elle-même, aux fantômes de la révolution culturelle et aux croyances mystiques, que livre le réalisateur, dans la ville de Zhiziluo, située à la frontière de la Chine et de la Birmanie, où se trouve la minorité Lisu.

Dans un contexte où seuls comptent les objectifs économiques à court terme et où l’ombre de Mao plane plus que jamais, la société chinoise contemporaine semble comme résignée, voire indifférente, aux drames individuels, ou en proie à des dilemmes et contradictions insolubles.

“Shadow Days, deuxième long métrage de Zhao Dayong, ne s’affirme pas explicitement comme un film de genre. Assez vite, son sujet social -la politique de l’enfant unique en Chine- et son regard critique l’inscrivent également dans le sillon d’œuvres notoires du grand Jia Zhangke”.

Entretien avec Zhao Dayong

 

Projection du film « Shadow Days », à l’Espace Saint-Michel (7, place Saint-Michel, 75005 Paris, métro Saint-Michel, lignes 3 bis et 11), et au débat organisé juste après.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.