Bitter, Sweet, Seoul 고진감래

Du 20 août au 25 novembre, la société PARKing CHANce – du nom des deux frères Park Chan-Wook et Park Chan-Kyong – lance un appel à projet, demandant aux gens d’envoyer des vidéos de la ville de Séoul. Au final, ce sont plus de 11000 vidéos qui seront envoyées.

Réalisateurs de cinéma, Park Chan-Wook (notamment connu pour son film récompensé au festival de Cannes en 2004, “Oldboy” et récemment ayant tourné un film à Hollywood, “Stoker” avec Nicole Kidman) et son frère Park Chan-Kyong (Auteur du court-métrage “Night Fishing” ayant reçu l’ours d’or au festival de Berlin en 2011 et entièrement réalisé avec un téléphone portable) s’associent pour ce projet collaboratif en sélectionnant et éditant 154 vidéos parmi celles reçues. Commandé par la ville de Séoul, l’objectif demandé aux deux Park était de faire un documentaire parlant de la ville de Séoul.

Quel meilleur moyen pour parler de la ville, que de la filmer du point de vue de ceux qui y vivent, qui la traversent, plus ou moins longtemps, plus ou moins attentivement. La ville n’est ville que par ceux qui la peuplent. D’une durée de 63 minutes, le tout est accompagné par une musique spécialement conçue pour le film, mélange entre musique traditionnelle, classique et rock avec des tons de musique électronique, faisant office de fil conducteur et qui sert de transition entre des extraits de vidéos qui à première vue n’ont pas de liens entre eux. En montant ensemble des centaines de vidéos prises par autant de personnes venues d’horizons variés, c’est ce pluralisme des points de vues, des impressions, des expériences urbaines et plus particulièrement de la ville de Séoul qui constitue l’originalité de ce documentaire.

 

Bitter, Sweet, Seoul, a crowd sourced film is a strange yet wonderful documentary sponsored by the local Seoul government and helmed by brothers Park Chan-wook and Park Chan-kyong. Through the Seoul, Our Movie campaign over a 11,000 submissions from around the world were entered with the Park Brothers short listing and editing only 141 clips. Together these help to make a document which shows Korea’s capital, warts and all. The footage is as varied and dynamic as the city with some clips shot to professional standards to others captured through phones and other devices1

Urbacor

Ce documentaire a été diffusé lors du colloque « Urbanités coréennes » le 9 avril 20162 qui se tenait à la cité de l’architecture lors d’une journée intitulée « Un imaginaire XXL, les architectes du futur (ou utopies, dystopies)3».

Le résultat est convaincant. Nous sommes loin ici des spots publicitaires qui mettent en avant les grands lieux touristiques. C’est par le bas, au niveau des yeux des habitants, que nous parcourrons Séoul. Se côtoient ainsi des jeunes, des vétérans, des travailleurs, des étudiants, chacun vaguant à leurs occupations et occupant un espace donné. Voyage à travers l’espace mais aussi le temps, les différentes personnes rencontrées reflètent bien cette diversité cachée dans un conformisme apparent, tel que ce lycéen en uniforme qui après être rentré dans un immeuble, ressort sur le toit habillé de miroirs et se met à danser.

Le documentaire commence par une scène de chant traditionnel sur un bateau naviguant sur la rivière Han. Cette scène introductive nous fait entrer dans le cœur de Séoul, que la ville, par un slogan jouant sur lesSeoul soul of Asia mots (si l’on prononce en anglais) aime à considérer comme l’âme de l’Asie (Seoul, Soul of Asia). Voyageant à travers les différents paysages de la ville, qui ont la particularité d’être parsemé de petites collines, que les coréens nomment montagnes (산 – 山), nous voyons les différents quartiers et les différents types d’habitats. Des nouveaux ensembles d’appartements (아파트 단지)4 aux petites maisons sur les flancs de ces montagnes nommées « villages de la lune » (달동네)5 , la pluralité des habitants de Séoul qui compte aujourd’hui plus de 270 000 étrangers6 reflète une ville dynamique et en plein essor, entre tradition et modernité.

Liens

  1. Tiré de : http://www.parkchankyong.com/bitter-sweet-seoul_film, consulté le 12/06/2016. []
  2. Sur le colloque en général, voir : https://parisconsortium.hypotheses.org/7582, consulté le 12/06/2016. []
  3. Sur la journée du 9 avril : http://www.citcapturechaillot.fr/fr/auditorium/cultures_urbaines/urbanites_coreennes/26257-un_imaginaire_xxl_les_architectes_du_futur.html, consulté le 12/06/2016. []
  4. Gelézeau Valérie, Séoul, ville géante, cités radieuses, Paris, CNRS Éditions, 2003, 291 p. []
  5. Gelézeau Valérie, « Des “Villages de la lune” rénovés à Séoul. Reconstruction urbaine et ménage social », L’Espace géographique, tome XXVI, n° 1, janvier 1997, p. 1-11. []
  6. How Many Foreigners are Living in Seoul Now? http://english.seoul.go.kr/many-foreigners-living-seoul-now, consulté le 12/06/2016. []

Clément Pitorre

Étudiant en Master 1 à l'EHESS, section Asie Méridionale et Orientale (AMO), sur l'histoire moderne et contemporaine de la Corée. Sous la direction de M. Alain Delissen, mon sujet s'intitule : "Lecture et relectures du Sŏyukyŏnmun : Rééditions, réécritures et remaniements des « Observations d'un voyage en Occident »".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.