Regards sur le Massacre de Sinchon (1950)

Au début de la guerre de Corée, en 1950, la ville de Sinchon dans l’actuelle Corée du Nord a été le lieu d’un massacre qui a fait plus de 35 000 victimes civiles. Il soulève encore aujourd’hui de nombreuses interrogations quant aux causes et conséquences de cette violence de guerre, mais aussi quant à la manière de l’évoquer ou de la dénoncer. Nous proposons d’approcher cette question à travers l’analyse de deux discours picturaux : l’un se trouve en France, l’autre en Corée du Nord.

Au Musée Picasso, Paris

Massacre in Korea (1951) Pablo Picasso (Musée Picasso Paris)

Massacre en Corée (1951) Pablo Picasso (© Musée Picasso Paris, 1,1m sur 2,1m)

On reconnaît aisément, sur ce tableau qu’est « Le massacre en Corée », le pinceau expressionniste et cubiste de Pablo Picasso. Peint en Janvier 1951, soit environ six mois après le début de la Guerre de Corée (1950-1953), il traduit l’idéal pacifiste du peintre et sa critique de l’intervention américaine en Corée.

Comment ne pas voir tout d’abord la proximité de cette œuvre avec celle de Francisco Goya, « Tres de Mayo » ? Dans les deux cas, il s’agit de dénoncer les horreurs de la guerre. Ici, sur la partie gauche du tableau, on remarque des civils nus – femmes et enfants seulement – sur le point de se faire massacrer ; et sur la droite, des soldats asexués se tenant prêts à faire feu.

2012050000731_map english

Province de Hwanghae en Corée du Nord

Le sujet du tableau est le massacre de Sinchon (신천 양민학살 사건 en coréen), dans la province du Sud Hwanghae en Corée du Nord, survenu entre le 17 Octobre et le 7 Décembre 1950. Face aux 35 000 victimes avérées de ce massacre demeure encore aujourd’hui l’interrogation sur l’identité de ses auteurs.
En effet, après le début de la guerre et l’agression de la frontière,  les troupes nord-coréennes avancent vers le Sud, et provoquent une retraite forcée du Sud jusqu’à la ville côtière de Busan. Après le vote à l’ONU de l’intervention de l’armée américaine, celle-ci mène une opération de débarquement à Incheon, à proximité de Séoul, du 15 au 28 Septembre 1950. Cette intervention permet de reprendre, d’une part, la ville de Séoul, mais elle renverse aussi la situation et provoque la retraite des armées du Nord. Le 7 Octobre, les armées onusiennes décident  à leur tour de franchir la frontière du 38ème parallèle et de pénétrer en Corée du Nord pour y mener une contre-offensive.

C’est dans cette période très rapide de redéfinition du territoire que se déroule le massacre de Sinchon : l’occupation alternée des deux camps crée tant une absence de système de contrôle sur les populations qu’une extrême tension idéologique. La responsabilité du massacre a été longtemps imputée à l’armée américaine dans sa chasse aux communistes. C’est notamment la version soutenue aujourd’hui par le gouvernement nord-coréen.1

Au centre du tableau se dessine une rivière, symbole de la frontière coréenne. Elle sépare autant les civils et les militaires, que la Corée du Nord et du Sud : il est illégitime de la franchir, comme le montre en arrière-plan le grand feu, et la ruine d’un bâtiment sur la colline. À gauche, enfants et femmes sont nus, souvent de trois quart, fait de courbes et de rondeurs. Deux d’entre elles sont enceintes. L’accumulation des traits courbés se retrouvent sur leurs visages effrayés. Derrière ces civils dominent le rouge et le noir, contrastant avec le vert paisible qui entoure les soldats. Tout les oppose : ils sont nus également, mais d’une nudité de traits rigides et durs, qui paraissent comme des armures et ne permettent pas de distinguer leurs sexes. Leurs armes sortent du futur et du Moyen-Âge à la fois – comme cette épée ou ces casques -, elles évoquent une violence archaïque perpétrées par des moyens techniques ultramodernes. L’idée qui se dégage de la scène est celle d’une violence aveugle, d’une surpuissance déshumanisée. Il semble impossible d’oublier la fragilité et l’humanité des victimes, ainsi que l’injustice qui les frappe.

tumblr_m7683enpEr1rb2ud6o4_500

Musée des atrocités de guerre américaine (Corée du Nord) – Auteur inconnu

Au Musée des atrocités de guerre Américaines, Sinchon

Il nous a paru intéressant de mettre ce tableau à côté de l’un de ceux que l’on peut trouver au « Musée des atrocités de guerre américaines » [신천박물관 –信川博物館] fondé à Sinchon en Corée du Nord après la guerre, et fréquemment visité par les leaders Nord-Coréens. Il revient sur les détails du massacre, et plus largement, il s’attache à dénoncer tous les méfaits commis par les États-Unis à l’encontre de la Corée du Nord.

Dans un style beaucoup plus réaliste, le tableau propose pourtant la même critique de l’impérialisme américain. On y retrouve l’arrière-plan en rouge et noir, le feu et la destruction. Si la scène est également coupée en deux, la frontière est horizontale : sur la partie haute, les soldats habillés de couleur sombre sont larges, dominateurs. Leurs visages expriment la joie malsaine ou la cruauté. Ils pointent, eux aussi, leurs armes sur les civils sans défense.  En bas, on retrouve une femme et un enfant, mais aussi un jeune nord-coréen. La différence la plus notable entre ces deux tableaux se situe sans doute dans la temporalité. Si le premier représente le moment, en suspension, avant que l’ordre ne soit donné ; les soldats du second ont déjà abattu les civils. Sur la diagonale, le soldat s’apprête à tuer de sang-froid la dernière survivante, une enfant qui pleure sa mère et semble en train de crier.

Si le discours est le même, l’impression qui se dégage de ce second tableau est tout à fait différente : l’attention paraît portée davantage sur l’idée de bourreaux et de victimes, de dominants et de dominés, par cet effet d’écrasement que créé la ligne horizontale. Dans son article « The ongoing Korean War at the Sinchon Museum in North Korea »2 , Han SungHoon, professeur à l’Université de Yonsei, montre comment les tableaux du musée idéalisent la guerre. Ils cherchent à pousser le spectateur à la sympathie pour des victimes qu’ils transforment en héros ou en martyrs. Moins conceptuel et abstrait que « Massacre en Corée », ce second tableau caractérise et nomme ses protagonistes – coupables comme victimes – de manière limpide ; il participe à la formation d’un sentiment national à partir de ce qui est appelé au Nord la « Guerre de Libération ».

La temporalité se manifeste de nouveau entre les deux tableaux, puisque Pablo Picasso peint son oeuvre à peine deux mois après le massacre, dans un but de dénonciation de la guerre et ses atrocités. Quant au second – que l’on peut supposer de 1958, date de création du musée -, il semble aller de pair avec la création d’un discours postérieur de justification de la guerre, ainsi qu’avec la formation du jeune État Nord-Coréen.

  1. Cette version est remise en question par l’historiographie actuelle, et notamment avec la parution en 2001 du roman de Hwang Sok-Yong, L’Invité, qui privilégie l’hypothèse d’un massacre entre les jeunesses chrétiennes coréennes de la province, et la guérilla communiste affaiblie par la retraite de l’armée nord-coréenne. Voir : Hwang Sok-Yong, (Trad. Mikyung Choi et Juttet Jean-Noël), 2010, L’invité, Paris, Points. []
  2. Voir Han SungHoon, “The Ongoing Korean War at the Sinch’ŏn Museum in North Korea”, Cross-Currents : East Asian History and Culture Review, E-Journal No. 14, Mars 2015 : https://cross-currents.berkeley.edu/e-journal/issue-14/han []

Marine Lépinard

Etudiante Master AMO (Asie Méridionale et Orientale) à l'EHESS. Mémoire sous la direction d'Alain Delissen, "Expériences et représentations de la Guerre de Corée (1950-1953) à travers la littérature Nord-Coréenne."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.