Actualité et passé des représentations de soi et de l’autre en Corée

À l’occasion d’une visite d’État du 1er au 4 juin 2016 en France de la présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, le groupe Samsung a produit une affiche grand format disposée sur la façade d’un immeuble en face de la place de l’Opéra, pour lui souhaiter « la bienvenue. »

Photographie : Jérôme Tomasini ©, publicité Samsung pour la venue de la présidente de Corée du Sud, Place de l'Opéra, 31 mai 2016. https://twitter.com/JeromeTomasini

Photographie : Jérôme Tomasini ©, publicité Samsung pour la venue de la présidente de Corée du Sud, Place de l’Opéra, 31 mai 2016. http://bit.ly/1Oun3j8

 

Il est tout d’abord intéressant de remarquer que c’est un grand groupe, non l’ambassade de Corée en France, qui se charge ici d’accueillir symboliquement la présidente et de promouvoir indirectement le pays dont elle est la première représentante. Sur l’affiche, deux symboles apparaissent : la tour Eiffel et un smartphone Samsung. L’affiche est conforme aux imaginaires autour des deux pays et ne cherche donc pas à renouveler le regard que portent les Français sur la Corée, plutôt à l’enraciner tel qu’il est aujourd’hui. L’image nationale parait se confondre avec l’image commerciale.

Le choix de cette iconographie s’inscrit dans la dynamique initiée depuis deux décennies par les promoteurs de la culture coréenne comprise au sens large et populaire (productions de masse dans les domaines de la musique, danse, mode, télévision, cinéma) : faire de la Corée un territoire connu et désirable, un pays avec lequel il faut compter. Cette volonté n’est pas nouvelle. Elle permet cependant de revenir sur la – déjà – longue histoire des représentations iconographiques de soi et de l’autre en Corée.

Le 1er novembre 1908, le numéro inaugural du magazine Sonyŏn (소년, Enfant) est imprimé et publié par Ch’oe Namsŏn (崔南善, 1890 – 1957). Né dans une famille aisée, il a 18 ans lorsqu’il publie ce premier numéro. Sa famille fait fortune dans le commerce avec la Chine, fortune que le jeune Ch’oe Namsŏn utilise pour mener ses nombreuses et fameuses entreprises éditoriales1.

Ses travaux excavant certains mythes ou grandes œuvres de l’histoire coréenne (Dangun, 단군, Samgungnyusa, 삼국유사), sa contribution, bien que distante, à la cause indépendantiste, son passage par la case du « collabo » donnent au personnage un caractère et un bilan contrastés2. Le magazine Sonyŏn ambitionne de donner aux jeunes coréens des clés de compréhension du monde qui les entoure, notamment en matière géographique. L’écriture utilisée est une combinaison entre l’alphabet coréen et les caractères chinois3. Ch’oe Namsŏn accorde une grande importance à l’espace et à la capacité de ses lecteurs à se repérer à travers les territoires qu’il décrit. En ouvrant Sonyŏn, on accède à une publication qui deux années avant la colonisation de la Corée par le Japon et plus d’un siècle avant la publicité du groupe Samsung, donne le monde à voir à ses lecteurs.

Image : Ch'oe Namsŏn, extrait du magazine Sonyŏn, première édition, 1er novembre 1908, pp 66-67.

Image : Ch’oe Namsŏn, extrait du magazine Sonyŏn, première édition, 1er novembre 1908, pp 66-67.

Le passage ci-dessus développe sur quatre pages une méthode pour mémoriser la géographie des territoires nationaux, qu’il s’agisse de la Corée, de son voisin japonais, voire même de la France. Le ton général de l’article est clair, il est important et utile d’avoir une bonne connaissance de la géographie. Mémoriser les frontières d’un pays est possible si l’on prête attention à deux points : l’aspect convexe et concave d’une forme et la morphologie globale de cette forme. L’auteur précise cependant que la complexité des formes terrestres rend le processus de mémorisation difficile même en y appliquant toute son attention. Le point décisif est de produire des représentations sur chaque territoire afin de mieux se souvenir de ses contours : animaux, arbres et plantes, fleurs et fruits, choses matérielle tels que les ustensiles, formes humaines, toutes sortes de métaphores peuvent être utilisées. Se poser des questions sur chaque espace pour le rapporter à une forme peut non seulement aider l’esprit mais aussi développer la curiosité et susciter des vocations intellectuelles chez les jeunes enfants ce qui en fait une très bonne méthode.

Pour mettre en application cette dernière, Ch’oe Namsŏn pose une question à ses lecteurs sur les bordures de la France : « selon votre opinion, à quoi ressemble la France ? […] D’après un intellectuel occidental, on peut la comparer à une bouilloire » car les contours sont tout à fait similaires. Ch’oe Namsŏn prend un autre exemple, celui de la « mer du Japon » [sic]. L’auteur procède à une description des territoires environnant, donnant ainsi un sens de la proximité géographique des trois empires bordant la Corée : le Japon, la Russie et la Chine4. La mer façonne le Japon de telle manière qu’on pourrait assimiler le pays à un lapin. Un géographe japonais parvient à la même conclusion concernant la Corée, ce que Ch’oe Namsŏn réfute dans une explication qui lui permet de dresser une géographie générale de la Corée, depuis ses provinces du nord jusqu’au trois provinces du sud en passant par la région englobant l’actuelle capitale, Séoul. Pour lui, les frontières de la Corée, en prenant en compte ses aspects concave et convexes, donneraient au pays la forme d’un tigre s’élançant dans une course, ou bien portant le continent asiatique avec ses deux pattes antérieures. L’idée selon laquelle la Corée serait un lapin apeuré à la portée des appétits impérialistes est battue en brèche par Ch’oe Namsŏn à l’aide d’arguments géographiques dont on comprend la portée symbolique et qui traduisent dans le même temps un sentiment d’urgence face à une situation domestique devenant peu à peu hors de contrôle.

Ch’oe Namsŏn n’hésite pas au détour d’un paragraphe à formuler des propos politiques. Si il juge important pour les jeunes coréens d’apprendre à se poser des questions sur la forme des territoires et à les reconnaître, c’est parce qu’il considère qu’il faut « encourager le développement continu de la jeunesse, » dont « l’énergie est inestimable lorsqu’elle est libre. » Du début du vingtième siècle jusqu’à la prise de contrôle de la péninsule par le Japon en août 1910, un grand nombre de Coréens, avec leurs propres moyens ou ceux de la communauté dans laquelle ils vivaient, décident de prendre en main l’éducation de leurs enfants : des centaine d’écoles privées de taille et de type divers voient le jour, partout sur le territoire. Leur but est le même que celui de Ch’oe Namsŏn, développer le potentiel intellectuel et donner les moyens aux jeunes coréens de s’émanciper face à une situation intérieure menaçante.

Ce qui finit par jaillir de ces quelques pages du magazine Sonyŏn, c’est cette volonté chronique d’être au monde, de le connaître et d’avancer sa propre image, d’exister et de se montrer : le tigre de 1908 face au Smartphone de 2016, tous deux avatars d’une puissance coréenne en quête de visibilité.

  1. Je suis redevable ici à Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS, dont les explications lors de son séminaire sur le Monde coréen moderne alimentent en grande partie ma restitution, succincte, de la biographie de Ch’oe Namsŏn. []
  2. Ch’oe Namsŏn est notamment le rédacteur de la Déclaration d’indépendance coréenne, le 1er mars 1919. Il ne fera pour autant pas partie des trente-trois signataires. []
  3. L’ensemble est désigné par le terme « kuk’anmun » (국한문). []
  4. On perçoit ici une volonté d’éclairer par la géographie les enjeux territoriaux et diplomatiques auprès de jeunes lecteurs dans le contexte de la prise de possession progressive de la Corée par le Japon. La Corée est depuis 1905 et le traité d’Eulsa, sous protectorat japonais. []

Jean-Baptiste Alary

Étudiant en master 1 à l'EHESS - Asie Méridionale et Orientale et en master 2 à Sciences Po Lyon - Affaires publiques Je travaille sous la direction de Alain Delissen sur le sujet suivant : "Mobilités en Corée coloniale : cursus d’instituteurs dans une école primaire à Chinju (1895 – 1938)"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.