Marc Riboud : “Pour faire de bonnes photos, il faut avoir surtout de bons souliers”

x510_895678-2932.jpg.pagespeed.ic.J53xB_HOcySur France Culture, le 27 août 1991, Marc Riboud, disparu ce mardi 30 août, relatait cette anecdote : “Je crois que j’avais sept ou huit ans, je me promenais sans appareil photo, et un couple sur une moto m’a croisé sur un petit chemin, s’est arrêté, et m’a tendu l’appareil en voulant que je les photographie. Ils se sont embrassés et j’étais terrifié à l’idée de regarder, de viser une scène que je sentais confusément être quelque chose de pas très bien. J’ai appuyé sur le déclic, j’ai rendu l’appareil photo, j’ai enfourché mon vélo et je n’ai jamais, évidemment, vu cette première photo !

Une première expérience qui, d’après lui, reflétait déjà l’attitude, les réflexes qu’il adopta ensuite en tant que photographe : “À la fois une extraordinaire force de m’approcher, et ma peur de rentrer dans l’intimité, d’aller trop près.

C’était dans Le rendez-vous des arpenteurs, au micro du poète André Velter. Écoutez-le raconter ses pérégrinations avec beaucoup de verve, revenant sur la capture de quelques-uns de ses clichés les plus célèbres, qu’ils soient purement esthétiques ou qu’ils aient une dimension politique.

Ecoutez


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.