« Les Offrandes » de Gao Bo

Visite de l’exposition « Les Offrandes » de l’artiste-photographe chinois Gao Bo à la MEP,  Phototrend,

Gao Bo est né en 1964 en Chine, dans la province du Sichuan, et passe son enfance dans une certaine pauvreté à subir les effets de la révolution culturelle puis de l’après-révolution. Après avoir refusé le travail que lui impose le gouvernement chinois à sa sortie de l’université, il décide de voyager au Tibet, un pays jugé difficile d’accès et aux conditions de vie éprouvantes à l’époque.

Avec deux appareils à la main, une chambre photographique 4×5 et un appareil Polaroïd empruntés à un professeur et à un ami, Gao Bo part pour le Tibet pour la première fois en 1985. Avec ses « deux biens les plus précieux », il découvre cette terre d’ailleurs, étrangère pour lui, qui le confronte à « un sentiment mêlé d’étrangeté totale et d’une certaine familiarité ».

Exposition "Les Offrandes" par Gao Bo à la Maison Européenne de la Photographie - 1ère partie : Tibet

Exposition « Les Offrandes » par Gao Bo à la Maison Européenne de la Photographie – 1ère partie : Tibet

Au cours des années 1980 et 1990, il retourne plusieurs fois au Tibet pour documenter la vie de ses habitants, en faire des portraits photo ou des esquisses à la main. Mais ce n’est seulement que 15 ans plus tard que le photographe développe ses pellicules et se replonge dans ses images. Il finit par dépasser les frontières de la photographie, en alliant ses clichés avec d’autres arts et matériaux afin de questionner son travail et son identité, éloignée de la Chine traditionnelle.

© Gao Bo - Installation de portraits en dualité - Maison Européenne de la Photographie

Lire la suite

Interview de Gao Bo

Source : site de Marine Cabos, Photography of China

Gao Bo’s 高波 (born in Sichuan province in 1964) works have been pushing the boundaries of photography, painting and installation, while challenging the notions of disappearance, duality and sacrifice. He discovered his vocation after a first trip to Tibet in 1985, where he produced a series of candid portraits with two cameras he borrowed from his teacher and from a friend. Between 1985 and 1995 he embarked upon five journeys to Tibet, capturing street life, Buddhist monks and breathtaking landscapes.

Ten years after, Gao Bo conceived a new arrangement of these photographs. He went back to Tibet during the summer of 2009 in order to rework them by using his blood as ink as well as an automatical calligraphy he invented. Over the years, he has been increasingly reworking his photographs, covering them with thick layers of painting, adding pieces of fabric and wood, and even burning them. As the essayist and curator Alejandro Castellote writes: “All of Gao Bo’s work is a circular journey, a permanent cycle of leaving and returning.

The interview below was conducted on 22 March 2017 while the Parisian Maison Européenne de la photographie was holding a retrospective of his work.

Read the full text on Photography of China


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *