La transmission du chinois dans une école associative de Paris

Les observations ci-dessous sont issues de mon expérience d’enseignante dans une école parisienne depuis 20091.

L’école a été fondée en 1972 par une association de commerçants issue de la province du Zhejiang. C’est une école privée qui fonctionne les mercredis, samedis et dimanches. L’école est ouverte à tous (enfants de famille chinoise ou franco-chinoise), les coûts de scolarité ne sont pas très élevés et les manuels sont gratuits. L’école compte environ 1000 élèves, sur 13 niveaux. Les élèves ont entre 7 ans et 18 ans.  Ils sont environ 30 par classe. Les demandes d’admission sont très nombreuses et ne peuvent donc pas toutes être satisfaites.

classe chinoise

 

Bien que chaque année, deux ou trois nouvelles classes soient ouvertes pour les enfants de première année, la tension est grande autour des inscriptions. Les parents développent toutes sortes de stratégies pour faire inscrire leur enfant. Des rumeurs sur des privilégiés bénéficiant de la « porte de derrière » zou houmen走后门 sont persistantes.

La rentrée se fait la première semaine de septembre et les cours se terminent fin juin. Il n’y aucun jour de vacances en dehors du Nouvel an chinois2

Le nombre d’heures d’enseignement par semaine est constant (deux heures et demie). Les élèves ont le choix entre le mercredi et le samedi après-midi, le samedi matin ou encore le dimanche après-midi. Cela varie selon le choix des familles.

Les salles de cours sont décorées avec des cadres de paysages traditionnels chinois ou des rouleaux de peinture classique. La cour de récréation est ornée de banderoles rouges venant de Chine populaire.

Ce premier billet sera plus particulièrement consacré à l’enseignement du chinois.

Les enseignants use servent uniquement de manuels de Chine populaire qui utilisent les caractères simplifiés jianti zi 简体字.

Les enfants commencent par apprendre la prononciation avec le système international dit pinyin 拼音 et l’écriture des clefs3. Certains professeurs leur font recopier les 214 clefs des caractères de nombreuses fois pour bien les mémoriser. Ils doivent impérativement respecter l’ordre des traits. L’enseignant écrit le caractère au tableau et les élèves le recopient à la même cadence. Les enfants savent déjà lire le français, ce qui facilite l’enseignement du pinyin. Les enfants ne sont à l’école chinoise que deux heures et demie par semaine et beaucoup rencontrent des difficultés pour mémoriser les caractères. Les manuels rédigés en Chine sont destinés à des enfants plus jeunes et sont peu attractifs pour des enfants plus âgés. L’apprentissage ne peut se faire qu’avec un travail personnel à la maison. Des devoirs sont donnés chaque semaine. Il s’agit surtout du travail d’écriture pour préparer des dictées et de mémorisation pour réciter par cœur à l’école.  Chaque niveau comporte 15 leçons,  il y a trois contrôles à l’écrit et un à l’oral dans l’année. Les meilleurs élèves reçoivent des «certificats d’excellence» 优秀奖状.

L’apprentissage de la langue se fait aussi par le chant : il y a une chorale. Certains enfants viennent le dimanche matin pour pratiquer. Les supports audio et vidéo sont beaucoup utilisés, le manuel a d’ailleurs une version audio. Des films sont parfois proposés aux enfants. Ces supports multimédia sont peu appréciés par les parents qui les voient comme une distraction et non comme un mode d’apprentissage.

Il n’y a pas de cours d’instruction civique ou de morale à proprement parlé. Ces notions sont intégrées à l’enseignement, notamment par l’apprentissage de maximes telles que shishang wu nanshi, zhipa youxinren 世上无难事,只怕有心人 (Dans le monde rien n’est impossible à ceux qui le veulent vraiment) ou Shibai shi chenggong zhimu 失败是成功之母 (L’échec est la mère du succès). Il y a aussi une sensibilisation à la Chine, à son histoire. Lors du tremblement de terre au Sichuan en le 25 avril 2013, une partie du cours suivant a été consacrée à cet événement. En mémoire des victimes, des chants ont été interprétés par les élèves pendant une cérémonie.

Les médias chinois à Paris ont relayé cette information et ont publié de courts articles avec des photos.

photo du site Xinhua

Il n’est pas rare que certains enfants redoublent. Mais certains parviennent à acquérir un bon niveau de chinois et peuvent prétendre à des études dans une université chinoise. Une de nos élèves, issue d’une famille de commerçants, a intégré récemment l’université de Beida à Beijing.

Il existe des examens internationaux pour évaluer le niveau de chinois : le HSK Hanyu Shuiping Kaoshi 汉语水平考试  et  le YCT Youth Chinese Test 中小学汉语考试, mais les élèves de cette école ne sont pas vraiment volontaires pour passer ces tests. Souvent ils le passent afin d’intégrer des écoles, collèges ou lycées parisiens enseignant le chinois et ainsi passer outre la carte scolaire.

Chaque été, l’école organise une colonie des vacances en Chine à Wenzhou Xungen zhilü 寻根之旅 . Ils passent quatre semaines dans une école où ils suivent des cours intensifs et ne voient leurs familles chinoises que pendant le weekend. Chaque année, seuls les vingt premiers inscrits pourront partir en Chine. Deux professeurs de l’école française les accompagnent, mais ce sont les professeurs de l’école chinoise qui se chargent de la formation pendant la journée et  des sorties touristiques. Cette colonie est peu attractive pour les élèves plus âgés qui souvent cherchent d’autres colonies, organisées par des agences touristiques à Beijing, à Shanghai ou dans d’autres grandes villes plus attrayantes que la province du Zhejiang.

Ce billet est une première description de mon terrain. Je suis actuellement en master sous la direction d’Isabelle Thireau et travaille sur les interactions entre les enseignants, les élèves et leurs familles, et les formes d’autorité, de puissance ou d’ascendant qui les traversent4.

Pour citer ce billet

 Référence électronique

Deng Yaxian, « La transmission du chinois dans une école associative de Paris », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 3 juin 2013. URL : http://cultureschine.hypotheses.org/616

 

 

  1. Deng Yaxian, étudiante en master 2 au CECMC – EHESS, mène ses recherches dans une école associative de commençants immigrés chinois à Paris, sur les interactions entre les enseignants, les élèves et leurs familles. La recherche est issue de mon expérience d’enseignante dans cette école parisienne. []
  2. Pendant les 15 jours de chunjie, certains enfants retournent avec leurs parents dans leur famille en Chine. La plupart participe à la célébration du Nouvel an chinois en France et préparent le défilé. []
  3. Viviane Alleton, L’écriture chinoise, Paris, Presses Universitaires de France, (Que sais-je ? n°1374), 2002 (1ere édition :1970), 127 p. []
  4. Je tiens à remercier particulièrement Isabelle Thireau pour sa patience et ses encouragements pour la conduite de mes recherches, ainsi que Jacqueline Nivard et Caroline Bodolec pour leur aide dans la rédaction de ce billet []

Deng Yaxian

DENG Yaxian, étudiante en master 2 au CECMC – EHESS, mène ses recherches dans une école associative de commençants immigrés chinois à Paris, sur les interactions entre les enseignants, les élèves et leurs familles. La recherche est issue de mon expérience d'enseignante dans cette école parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.