Eléments pour une histoire de la pratique des pieds bandés

Comme un proverbe le dit : « une paire de pieds bandés, une cuve de larme . »  Le bandage des pieds, alias « Lotus d’Or de Trois Pouces » (sancun jinlian 三寸金莲) est une coutume spécifiquement pratiquée par les Chinoises de l’ethnie Han, constituant plus de 92% de la population en Chine. Cette coutume a pour objectif de déformer les pieds d’une fille dès son plus jeune âge (5 à 7 ans en général) en forme d’arc et de leur donner une taille extrêmement petite, d’environ 3  cun 寸. L’obtention d’une paire de « Lotus d’Or » (jinlian 金莲) se réalise avec de l’eau chaude, de l’alun, des herbes médicinales, des bandes de tissu d’une longueur d’environ 3 chi 尺 et d’une largeur d’environ 3 cun 寸, des aiguilles et du fil, des chaussures bien spécifiques.

Généralement, le procédé de bandage se déroule en trois étapes :

  1. l’essai (shichan 试缠),
  2. l’essai pour le raidissement (shijin 试紧)  et le raidissement lui-même (jinchan 紧缠)
  3. le courbage (liwan 里弯)

Il dure à peu près 3 ans. La plupart du temps, c’est la mère qui réalise cette pratique. Les dates des différentes étapes ne sont jamais choisies par hasard. Dans le village de Liuyi 六一 du district Tonghai 通海县 au Yunnan par exemple, on bande les pieds des filles le 5e jour du 5e mois du calendrier lunaire (la date de la fête duanwu 端午) par référence à la prononciation du chiffre cinq qui est homophone avec celle du caractère wu 捂, signifiant « envelopper », « fermer » et « couvrir », ce qui rappelle l’idée de bien bander les pieds des filles. A l’occasion de cette fête, les Chinois mangent des zongzi 粽子, gâteaux de riz en forme de pyramide enveloppés de feuilles de roseau et qui ressemblent à une vraie paire de pieds bandés.

Selon la plupart des historiens, la coutume date de la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (907-979). Dans  Zhongguo chanzu fengsu 中国缠足风俗(La coutume des pieds bandés en Chine), Yao Jushun 姚居顺 écrit ainsi : « le dernier souverain de la dynastie des Tang du Sud (937-975), Li Yu 李煜 (937-978), construit une piste de danse en forme de lotus d’or pour sa concubine favorite Yao Niang 窅娘. Celle-ci se fait bander les pieds en forme de nouvelle lune avec des tissus de coton. Portant des chaussettes blanches, elle danse au milieu de la piste, se promenant dans le vent, comme si elle s’envolait sur un nuage. »1 L’expression « Lotus d’or » provient de la période des dynasties du Nord et du Sud (386-534). Xiao Baojuan 萧宝卷 (498-501) de la dynastie des Qi du Sud (479-502) installe dans son palais des lotus en or et demande à sa concubine Pan 潘妃 de marcher dessus. C’est de là que provient le proverbe : « chaque pas fait naître un lotus d’or2.  Sous la dynastie mongole Yuan (1271-1368), il est déshonorant pour une femme de ne pas avoir les pieds bandés. Au contraire, sous les Qing , un édit impérial de 1644 instaure  la peine capitale pour les servantes du palais impérial aux pieds bandés. Malgré cela, cette pratique devient le « bouclier des Han » dans leur défense contre l’oppression des étrangers (Mandchous), permettant à la coutume d’atteindre son apogée et de devenir légendaire.

Depuis la fin du XIXe siècle, sous l’influence des missionnaires étrangers comme John MacGowan et Alicia Little qui ont respectivement créé The Heavenly Foot Society en 1875 à Xiamen et The Natural Feet Society en 1895 à Shanghai, des mouvements anti-pieds bandés voient le jour3. Progressivement, cette pratique est dévalorisée par les Chinois, diabolisée et classée parmi les mœurs surannées comme la consommation de l’opium et la tresse portée par les hommes, symbolisant la faiblesse nationale.

En mars 1912, Sun Yat-sen, président provisoire de la Chine républicaine, demande au Ministère de l’Intérieur de rédiger un décret anti-pieds bandés. Cepandant il aura peu d’effet dans les années suivantes jusqu’en 1928, date de la fondation du gouvernement de Nanjing par Tchang Kaï-chek.

En mai 1928, Nanjing promulgue un règlement interdisant aux femmes le bandage des pieds. On peut lire :

« l’enlèvement du bandage se déroule en deux périodes :  la phase de persuasion et la phase de libération. Chacune des périodes dure 3 mois. Les filles de moins de 15 ans ayant les pieds bandés doivent les libérer immédiatement. Parallèlement, il est interdit aux filles du même âge n’ayant pas les pieds bandés de le faire. Pour celles qui ne respectent pas la période de persuasion, les parents seront punis d’une amende de 1 à 10 yuan, puis il leur sera ordonné de libérer les pieds de leur fille dans un délai d’un mois. Pour les filles entre 15 et 30 ans ayant les pieds bandés, elles doivent toutes les débander  pendant la période de libération, sinon, les parents seront punis d’une amende de 1 à 5 yuan, puis il leur sera ordonné de libérer les pieds de la fille dans les 2 mois. Pour celles qui ne respectent pas le règlement, les parents seront doublement punis et la fille sera forcée par les contrôleuses de libérer ses pieds. S’agissant des femmes de plus de 30 ans ayant les pieds bandés, il faut les persuader au lieu d’imposer. »4

Ce règlement a été révisé à plusieurs reprises jusqu’aux années 1940 malgré la guerre sino-japonaise et la guerre civile chinoise. La coutume disparaîtra peu à peu en Chine avec la modernisation du pays sous le règne des communistes mais le souvenir des souffrances subies par les femmes est resté inscrit dans la mémoire collective des Chinois.

Mme.Tang Shulan

Madame Tang Shulan 淌淑兰, la dernière génération des dames aux pieds bandés en Chine. Elle a 104 et vit actuellement à Dalian.

 

Bibliographie

  • Ko, Dorothy, Cinderella’s sisters: a revisionist of history of footbinding, Berkeley : University of California Press, 2005.
  • Yao Jushun 姚居顺, Zhongguo chanzu fengsu 中国缠足风俗, Shenyang : Liaoning daxue chubanshe, 1991.
  • Yang Yang, 杨杨, Xiaojiao wudao-diannan yige xiangcun de chanzu gushi 小脚舞蹈-滇南一个乡村的缠足故事, Hefei : Anhui wenyi chubanshe, 2001.
  • Wang Ping 王萍, Aching for beauty: footbinding in China, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2000.

Pour citer ce billet

 Référence électronique

Li Wei, « Éléments pour une histoire de la pratique des pieds bandés  », Cultures chinoises. Mis en ligne le 15 juin 2013. URL : http://cultureschine.hypotheses.or/?p=701

  1. Yao Jushun 姚居顺, Zhongguo chanzu fengsu 中国缠足风俗, Shenyang : Liaoning daxue chubanshe, 1991, p. 44 []
  2. bubu lianhuasheng 步步莲花生))

    La coutume se développe sous les Song (960-1279). Bon nombre de poètes en ont fait l’éloge, le célèbre poète Su Shi 苏轼 (1036-1101) manifeste son appréciation pour la taille des pieds bandés : « Regarde-les dans le creux de ta main, si incroyablement petits. Qu’il n’est de mot pour les décrire. »((xianmiao shuoying nan, xucong zhangshang kan 纤妙说应难, 须从掌上看。les des vers du poème est une traduction issue du site Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Pieds_band%C3%A9s  []

  3. Ces deux associations sont désignées sous le même nom en chinois : tianzu hui 天足会 []
  4. Yao Lingxi 姚灵犀, Cai fei lu 采菲录, Shanghai : Shanghai Shudian Chubanshe, 1998 (1ére édition : 1934), p. 100-101 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.