Regards sur le Guizhou

 

Lectures et textures du paysage

Jeudi 04 juillet 2013 – Lundi 02 septembre 2013

L’exposition présente les photographies de Luo Yongjin et Christopher Taylor réalisées au Guizhou, province du sud-ouest de la Chine. Ce travail est le fruit d’une coopération de longue durée entre la France et la Chine dans les domaines du patrimoine, du paysage, de l’architecture et de l’urbanisme.

La Cité de l’architecture & du patrimoine soutient la création du fonds photographique Archives on Recent Past qui fait connaitre le patrimoine matériel et immatériel des sites remarquables en Chine et l’ouvre au regard extérieur : sensibiliser aux qualités du paysage est une étape essentielle pour en prendre soin.

L’association française Kanyikan est chargée du choix des photographes et le World Heritage Institute of Training and Research for the Asia-Pacifi c Region (WHITR-AP à Shanghai) du choix des sites. En septembre 2011, quatorze villages de la province du Guizhou ont fait l’objet d’une première campagne par Luo Yongjin et Christopher Taylor qui présentent un ensemble d’une trentaine de tirages noir et blanc.

À la Cité de l’architecture & du patrimoine, l’Observatoire de la Chine contemporaine pilote, aux côtés de la Direction générale des patrimoines, la coopération avec l’université Tongji et le WHITR-AP. Il a permis à l’association Kanyikan de s’engager aux côtés du WHITR-AP pour constituer le fonds photographique Archives on Recent Past. Alain Jullien, fondateur de l’association Kanyikan, a déjà collaboré avec la Cité, en 2008 pour l’exposition « Dans la ville chinoise »

Luo Yongjin, né en 1960 à Pékin, est spécialisé dans la photographie d’architectures contemporaines et ordinaires ainsi que la photographie des traces et détails de la culture vernaculaire. Formé à l’Académie des Beaux Arts de Hangzhou et à Canton, il a travaillé comme photographe et caméraman à la CCTV (Télévision centrale de Chine). Il enseigne la photographie à l’Institut de Design de Shanghai.

Christopher Taylor, né en 1958 à Skegness (G-B), résidant en France, est connu pour son travail sur la culture immatérielle et sur les paysages, en Chine, en Inde et en Islande.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.