Exotic Commodities. Modern Objects and Everyday Life in China

Xavier Paulès « Frank Dikötter, Exotic Commodities. Modern Objects and Everyday Life in China », Revue d’histoire du XIXe siècle 2/2012 (n° 45), p. 193-195.
URL : www.cairn.info/revue-d-histoire-du-dix-neuvieme-siecle-2012-2-page-193.htm.

La question de la réception des produits d’origine étrangère en Chine dans le siècle couvert par le livre (1850-1949) a jusqu’ici été essentiellement envisagée sous l’angle politique. Paradoxalement, on s’est intéressé aux boycotts et plus largement au rejet des biens importés bien plus qu’à la façon rapide et profonde dont ils ont pris place dans l’univers quotidien des Chinois. Ce livre contribue à nous replacer opportunément devant le fait le plus important : les modes de consommation des Chinois sont dominés par un attrait puissant pour les nouveautés, quelles que soient leurs origines, bien plus que des considérations de nature politique.

S’inspirant des travaux de Michel de Certeau, Exotic Commodities détaille avec soin les processus de réception d’objets nouveaux d’origine étrangère par les consommateurs en usant d’une multiplicité de sources. Frank Dikötter, au prix d’un minutieux travail, a ainsi extrait avec beaucoup de finesse et d’astuce une foule d’informations de très nombreux écrits autobiographiques. Les récits de voyageurs occidentaux sont mis à contribution, tout comme les ressources de l’iconographie ; le livre compte près de cent illustrations qui en font un superbe objet. On peut constater que les consommateurs, loin d’être passifs, détournent maints objets de leur destination première. La thermos (p. 233-235) est un cas intéressant. D’usage presqu’exclusivement médical en Europe, elle devient un bien de grande consommation en Chine dans les années 1920-1930 parce que les boissons courantes y sont le thé et surtout l’eau bouillie, qu’il est plus économique d’acheter auprès des maisons de thé ou de vendeurs ad hoc dans les rues que de faire chauffer à la maison. Le recyclage est aussi souvent pratiqué : les boîtes métalliques contenant le pétrole lampant sont par exemple réutilisées pour façonner une multitude de nouveaux objets tels que seau, poubelle, lampe ou casserole.

Lire le texte intégral du compte-rendu sur Cairn.info


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *